R.I.P. Snake Plissken

Collaboration avec Florelle Michel

 

Urne funéraire en granit noir

04.2011

Cette urne funéraire contient les restes de S.D. Bob « Snake » Plissken. En 2011, décider de placer la mort de ce personnage fictionnel en août 2013 était l’occasion de jouer sur le décalage temporel lié aux films de John Carpenter New York 1997 et Los Angeles 2013 dont Plissken est le protagoniste.

En 1981, Carpenter réalise un film futuriste (New York 1997) qui se déroule dans la société américaine de 1997. En 1996, un an avant la date à laquelle il avait placée l’intrigue de son film et voyant que ce qu’il avait décrit 15 ans plus tôt est loin de se produire, il propose un remake de son propre film (Los Angeles 2013), qui suit pas à pas la trame de l’original mais qui présente des modifications sur la société américaine qu’il place cette fois-ci en 2013.

Moins improbable que NY97, LA13 est malgré tout loin du compte. C’est pourquoi mettre un terme aux supputations vaseuses dont il est friand en tuant le héros de ses films semblait essentiel.

Par ailleurs, Plissken est absolument inadapté à la vie de 2013. Il ne comprend rien aux gadgets technologiques, aux modes de vies « botoxés » des citoyens surmédiatisés. Sa dernière action dans LA13 consiste d’ailleurs à couper toute l’énergie de la planète pour la plonger dans un nouvel âge naturel, sans technologie. Tuer ce personnage emblématique du refus de cette société était donc un choix cynique.